• Inspiration

    Huit cadeaux pour la Fête des Mères

    Parce que le reste de l’année n’est pas facile, on a bien mérité un jour, un tout petit jour, de célébration et de chouchoutage, voire même un / plusieurs cadeaux. Voici notre sélection, millésime 2019 !
    En plus du traditionnel collier de nouilles bien sûr.

    1. Une box jardinage bio personnalisée par L’échoppe végétale, à partir de 35,90 € tous les trois mois.
    Parce que ça fait des mois que l’on se dit qu’il faudrait faire de notre micro-balcon un jardin/potager, parce que l’échoppe végétale propose des graines et de produits bio, dans une démarche éco-responsable, locale et solidaire, et parce que le principe est génial : en fonction de l’espace dont vous disposez et de l’exposition que vous avez, vous recevez chaque saison une sélection de graines personnalisées à faire pousser !

    2. Un coussin Mamma par My travel dreams x La CSAO, 89 €.
    L’association Marie et Ondine donne une collection de somptueux coussins en wax ou tissu vintage, brodés à la main au Sénégal.
    Les coussins étant notre passion, on ne pouvait passer à côté…

    3. Un atelier Bijoux avec Hélène pour apprendre à faire des boucles d’oreilles avec We can do, 79 €.
    Vous connaissez We can do ? C’est absolument génial, vous pouvez apprendre à faire des saucisses avec un charcutier, brasser votre bière avec un brasseur, créer des objets de béton avec des bétonniers (enfin, des gens qui font du béton)… Bref, mille et une choses avec des artisans professionnels qui vous consacrent un peu de leur temps pour vous montrer leur travail. Nous avons déjà testé plusieurs ateliers et maintenant on aimerait passer une après-midi avec Hélène P., que l’on suit depuis longtemps, pour faire nos propres BO en argent.

    4. Une bougie parfumée Parc des Buttes-Chaumont par Kerzon, 35 €.
    Parce que, où que l’on soit dans le monde, on a parfois envie de se sentir comme à la maison…
    Kerzon propose une collection de bougies en cire 100% naturelle avec une mèche en pur coton qui décline plusieurs quartiers parisiens (mais pas que). A associer avec leur jolie boite d’allumettes !

    5. Une paire de créoles Harlem par No-blabla, 69 €.
    On adore cette marque de bijoux parisienne, fabriqués à la main. En laiton, dorés à l’or fin, ces boucles d’oreilles illuminent le visage et s’accordent avec tout. Alors, ok, elles sont actuellement sold out, mais elles reviendront bientôt !

    6. Le bouquet de pivoines Guérande par Bergamotte, 39,90 €.
    Parce que le bouquet est à la fois simple et magnifique, que les fleurs sont cultivées en France, que les pivoines sont nos fleurs préférées et que pour la fête des mères, vous bénéficiez de 10% de réduction avec le code MERCIMAMAN.

    7. La marinière La mer qu’on voit danser par Lucky Mum, 35 €.
    Lucky Mum célèbre les mères toute l’année, c’est pour ça qu’on les aime (et aussi parce que leur sweats sont en coton bio). Et pour la fête des mères, pour tout achat de cette marinière, un sac cabas en coton « Mums run the world » est offert.

    7. Un carnet de pensées Bouquet de citrons par nous-mêmes, 10 €.
    Et oui, on s’offrirait bien à nous-mêmes ce best-seller de notre nouvelle collection de cahiers !
    Parce que toutes les mamans du monde ont tellement de choses en tête qu’un cahier est toujours nécessaire, qu’il est beau, et qu’en plus, pour chaque cahier acheté vous recevez aussi par mail une carte fête des mères à télécharger et imprimer vous-même. Alors, foncez !

  • Inspiration

    Les Baigneuses dans l’art

    Fin XVIIIe, les Baigneuses ont fait irruption en masse dans l’art occidental.
    D’Ingres aux innombrables baigneuses de Cézanne ou Renoir, en passant par Courbet et Picasso, on trouve des baigneuses par paquet dans tous les musées du monde, section impressionnistes surtout, sans doute un prétexte facile trouvé par les artistes pour assouvir leurs envies de femmes nues.
     

    Les femmes, l’art et la nudité

     
    Ouvrons d’ailleurs ici une brève parenthèse engagée.

    Saviez-vous que seulement 4% des artistes exposés au Metropolitain Museum de New York sont des femmes alors même que 76% des nus sont féminins ? [cf. l’excellent travail Do Women have to be naked to get into the Met. Museum ? des Guerilla Girls].
     

    De même, à peine plus d’une vingtaine d’artistes femmes figurent dans les collections de peinture du Louvre et le Musée d’Orsay, qui couvre pourtant une période bien plus récente, n’affiche que 7% d’artistes féminins…

    Vaste sujet sur lequel il faut absolument lire les travaux de l’historienne de l’art Linda Nochlin et son article paru en 1971 Why Have There Been No Great Women Artists ?.
     

    La démocratisation des bains de mer et la popularisation de la figure de la Baigneuse

     
    Mais revenons à nos baigneuses !

    Figure centrale de la peinture donc, notre imaginaire est rempli de femmes alanguies sortant d’un bain pris en pleine nature, entre copines. On papote tranquillement sous les arbres, nues évidement, en attendant de sécher.

    Il faut attendre le début du XXe siècle pour voir apparaitre, dans la peinture, des baigneuses en bord de mer et en maillot de bain (y a-t-il un lien de cause à effet ?).

    Dufy avec Les trois baigneuses, Picasso avec Les baigneuses et bien d’autres, montrent la progressive libération de la femme, les maillots à rayures et l’entre-deux-guerres insouciant. La baigneuse n’est plus un objet de désir languissant mais une figure en mouvement, à l’image de la géniale série des Baigneuses au ballon (#3 ci-dessous) de Picasso (1928).

    Avec la démocratisation des bains de mer, la baigneuse perd progressivement son statut de muse et se popularise, mouvement accéléré par l’arrivée au pouvoir du Front Populaire en 1936 et la généralisation des congés payés.
    On la retrouve alors déclinée à l’infini dans toutes les boutiques de souvenirs des stations balnéaires françaises : en céramique, en bronze, en bois, en plâtre, sur des poudriers, des cendriers, des bonbonnières, des salières, en souvenir d’un séjour à Deauville, Trépor ou Ostende…

    Les nôtres s’inscrivent dans cette même tradition populaire. Elles nagent, libérées, dans une mer étoilée infinie.

    Pour les découvrir, rendez-vous ici.

    With Love,
    Les Flamants Jaunes